Premières lignes #3

Et oui, aujourd’hui c’est dimanche et me voici de retour pour le rendez vous hebdomadaire initié par Ma lecturothèque. Toujours le même principe : chaque dimanche, on prend un livre et on en cite les premières lignes.

En ce moment, je lis pas mal d’auteurs auto-édités et j’aime découvrir des livres qui ne font pas la une des magazines littéraires ou les têtes de gondole des librairies. Depuis ce matin, je lis sur ma liseuse Le bonheur n’a pas de rides d’Anne-Gaëlle Huon.

Ce livre raconte l’histoire de Paulette, 85 ans, qui se retrouve pensionnaire de l’auberge de Monsieur Yvon. Elle voulait finir ses jours dans une maison de retraite haut de gamme dans le Midi, mais son fils et surtout sa belle-fille ont préféré le calme et le pittoresque d’une petite auberge de banlieue parisienne. Huguette n’a alors qu’une envie partir jusqu’au jour où elle découvre des lettres mystérieuses dans la chambre d’un autre pensionnaire. A ce moment là, elle choisit de percer les secrets des autres personnes se trouvant dans l’auberge.

Voici donc les premières lignes de roman :

   Sylviane détestait être en retard les jours de marché. Après il faisait chaud et c’était impossible de se garer. Elle jeta un oeil à l’horloge sur le tableau de bord et accéléra dans la descente. Dans le poste, un animateur enthousiaste annonçait le programme des festivités du 14 juillet. Sylviane éteignit la radio. La cohue, les pétards et les odeurs de merguez lui donnaient déjà la migraine. Devant elle, une vieille Polo semblait profiter du paysage.

« Mais avance, Bon Dieu ! s’égosilla Sylviane »

Elle passa la seconde brusquement et déboita sur la file de gauche pour doubler. Arrivée au niveau du conducteur – un vieux monsieur aux verres épais, le nez collé sur le volant- elle klaxonna.

« C’est pas un sentier de randonnée ! cracha-t-elle à travers la fenêtre.

Ragaillardie par cette mise au point, Sylviane ajouta trois belles pêches à sa liste de courses. Cent grammes d’olives vertes, deux courgettes, une baguette pas trop cuite. Bon Dieu ce qu’il pouvait faire chaud !

Connaissez vous ce livre ? Avez vous envie de découvrir cette Tatie Danielle des temps modernes ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :