Profession du père de Sorj Chalandon

4ème de couverture : « Mon père disait qu’il avait été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Église pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.
Je n’avais pas le choix.
C’était un ordre.
J’étais fier.
Mais j’avais peur aussi…
À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. »

Mon avis : Ce roman est un drame familial. L’histoire commence en 2011. Emile alors âgé d’une soixantaine d’années assiste à l’incinération de son père. Sur les bancs du crématorium, il n’est accompagné que de sa mère. Aucune famille, aucun ami, comme dans sa vie , sa vie telle que son père l’a souhaitée. Sorj Chalandon va retracer la vie d’Emile, un petit garçon de douze ans, fasciné par un père malade, mythomane et violent. Emile est manipulé par son père André Choulans. Ce dernier fait croire à son fils qu’il a été chanteur (il a été obligé d’arrêter car il faisait de l’ombre à l’un des ténors des Compagnons de la Chanson), qu’il a été ceinture noire de judo (il l’a obtenu au Japon), qu’il a été pasteur évangélique (il a célébré des mariages à travers le monde). Mais il lui à surtout inventé un parrain américain, membre de la CIA. Face aux mensonges, Emile est admiratif.

Un matin, André se met dans la tête d’assassiner le Général de Gaulle. Il impose alors à son fils, âgé de treize ans un entrainement militaire : réveil très tôt le matin, série d’exercices et secret. Cette histoire pourrait paraître drôle si André n’était pas un père violent, les coups pleuvent sans relâche sur cet enfant qui ne se plaint jamais. Dans les moments de folie, tout est bon à brimade, violence, privation de repas. Emile se protège physiquement mais ne se rebelle jamais. Il veut être l’enfant que son père a envie qu’il soit. Et la mère dans tout ça ? Elle est dans le déni complet, elle est résignée, elle ramène l’argent dans le foyer, fait les repas et ne cesse de répéter « Tu connais ton père ».

J’ai beaucoup aimé le style de Sorj Chalandon. Cette lecture qui aurait pu être difficile de part son sujet s’est avérée être empreinte d’émotions, de sensibilité et d’humour. Une lecture vraiment émouvante. Une lecture que je recommande vivement.

Citation : « Quand il est rentré, elle l’a supplié de ne pas m’enfermer dans l’armoire de leur chambre. « la maison de correction », il l’appelait. elle lui a dit que ce que j’avais reçu me suffisait bien. Et que j’avais cours le lendemain. Il me fallait une vraie nuit pour réparer tout ça ».

Mon note : 4/5

 

Publicités

Un commentaire sur “Profession du père de Sorj Chalandon

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :