Le cri de Nicolas Beuglet

4ème de couverture :

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.

Mon  avis :

J’ai choisi de ne mettre ici qu’une partie du quatrième de couverture car je trouve dommage que Nicolas Beuglet dévoile tant d’éléments concernant le roman.

L’histoire commence en Norvège, dans un hôpital psychiatrique. La police et principalement l’enquêtrice Sarah Geringën se rendent sur les lieux d’un meurtre déguisé en suicide. Un homme a été retrouvé dans sa cellule, le visage pétrifié de peur. Sur son front, une cicatrice. Il a été marqué au fer rouge du numéro 488. Les murs de sa cellule sont recouverts de graffitis. Qui est cet inconnu ? Pourquoi a-t’il été assassiné ?

Ce roman est un véritable page turner. Nicolas Beuglet nous invite à partager la course contre la vérité que vont vivre Sarah (la Norvégienne) et Christopher (le Français). Ils partent tous les deux  à la recherche d’indices leur permettant de découvrir les raisons du crime de cet homme dont ils  ignorent jusqu’à l’identité. J’ai beaucoup aimé le caractère des personnages principaux que tout oppose mais qui vont finir par se rapprocher. Je me suis identifiée à Sarah et Christopher et  j’ai facilement voyager avec eux à travers les différents pays qu’ils ont visités : La France, l’île de l’Ascension et les Etats-Unis.

Le roman est très addictif. L’auteur nous oriente vers différentes pistes. J’ai été assez surprise car je ne m’attendais pas à ce genre d’histoire. Je pensai que l’histoire se déroulerait dans le milieu psychiatre uniquement, à l’instar de Puzzle de Franck Thilliez. J’ai vraiment aimé les orientations que ce roman a prises.

Le style de l’auteur est vraiment agréable à lire et l’on ne voit pas le temps passé. Les sujets abordés sont vraiment intéressants même si je ne veux pas trop en parler pour vous laissez le plaisir de découvrir ce thriller haletant.

Ce roman nous questionne sur l’origine de l’homme, la vie après la mort, le sens de l’existence. J’ai beaucoup apprécié le fait que Nicolas Beuglet se soit inspiré de faits réels. Certain passages font vraiment froid dans le dos et m’ont  donné envie de compléter ma lecture par des recherches sur l’Internet. A la lecture de ce roman, on ne peut que se questionner sur le rôle et les dangers de la science dans les conflits.

En conclusion : Un livre dont je verrai bien une adaptation cinématographique.

Ma note : 4.25/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :