Luz ou le temps sauvage d’Elsa Osorio

4ème de couverture :

À vingt ans, à la naissance de son enfant, Luz commence à avoir des doutes sur ses origines, elle suit son intuition dans une recherche qui lui révèlera l’histoire occulte de l’Argentine. En 1976, sa mère, détenue politique, a accouché en prison. La petite fille a été donnée à la famille des responsables de la répression. Personne n’a su d’où venait Luz, à l’exception de Myriam, la compagne d’un des tortionnaires, qui s’est liée d’amitié avec la prisonnière et a juré de protéger l’enfant. Luz mène son enquête depuis sa situation troublante d’enfant que personne n’a jamais recherchée.Un thriller loin des clichés dans lequel l’amour cherche la vérité.

Mon avis :

J’avais acheté ce roman 1 euro chez le bouquiniste il y a au moins deux ans. Depuis il prenait la poussière dans ma bibliothèque. Il y a une semaine environ, je lui ai donné la chance de sortir de ma PAL. Je n’ai pas été séduite par les premiers chapitres dont j’ai trouvé l’écriture assez vulgaire. J’ai même failli arrêter ma lecture au bout de vingtaine de pages. Avec le recul, je pense que j’aurais fait une grave erreur.

Elsa Osorio nous invite à découvrir la vie de Luz ou Lili (selon la période de sa vie). A la naissance de son fil Juan, elle décide de partir à la recherche de ses parents biologiques. Dès le début du roman, on apprend qu’elle a retrouvé la trace de son père en Espagne. Elle va alors lui raconter son enfance, son adolescence et toutes les étapes qu’elle a dû parcourir pour comprendre d’où elle vient et le retrouver.

L’histoire se déroule entre 1976 et 1983. A cette époque, Jorge Rafel Videla règne en Argentine. Le régime dirigé par ce dictateur sera responsable de la disparition de 30 000 personnes  desaparecidos, 15 000 personnes seront fusillées, 9 000 personnes seront emprisonnées et torturées et au moins 500 enfants de desaparecidos seront enlevés par des familles proches du pouvoir.

La mère biologique de Lili, une opposante au parti a été emprisonnée. Elle a accouché en captivité puis a été assassinée. On apprend rapidement que le » grand père » de Luz, un tortionnaire du régime en place,  a donné l’ordre à un de ses hommes de main de modifier l’acte de naissance de la jeune fille. En effet, Mariana, celle qu’elle a toujours appelé maman, a accouché d’un garçon mort né. Luz va devenir le bébé de substitution. La petite fille  sera été élevée dans le plus grand secret. Un jour, elle rencontre une femme qui va lui dire que Mariana n’est pas sa mère.

Ce livre raconte non seulement la vie de Lili mais aussi celle de tous ces enfants volés. J’ai été surprise de découvrir cette partie de l’histoire de l’Argentine que je ne connaissais pas du tout : la dictature, les tortures et l’association des Grands mères de la Place de Mai. Ce livre se lit comme un thriller mais il restera avant tout pour moi un documentaire sur l’Argentine et les atrocités de l’être humain.

J’ai aimé la construction du récit malgré un nombre de personnages très important au début du roman. Les protagonistes exposent chacun leur point de vue. On découvre alors les différentes pièces de l’histoire de Lili qui s’emboitent les unes dans les autres.

Ce livre est une bonne découverte et je ne regrette pas de l’avoir sorti de ma PAL. Si vous aimez l’histoire des pays hispanophones, je vous conseille vivement ce roman d’Elsa Osorio.

Ma note : 4/5

 

Publicités

Un commentaire sur “Luz ou le temps sauvage d’Elsa Osorio

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :