L’audition du docteur Fernando Gasparri de Giuseppe Santoliquido

4ème de couverture :

Bruxelles, été 1932.
Alors que des mouvements de grève mettent le pays sens dessus-dessous, le docteur Gasparri reçoit les Guareschi, un couple de jeunes exilés originaires de la même région que lui en Italie. Entre le médecin et ses patients, des trajectoires analogues et des souvenirs communs tissent des liens affectifs.

Jusqu’au jour où débarque Oreste, le frère cadet de Madame Guareschi, qui a fui l’Italie fasciste dans des circonstances troubles.

Dès lors, la destinée du paisible docteur Gasparri s’engage sur des rails aléatoires. Il se trouve amené, bien malgré lui, à sonder sa conscience. Et à agir, à faire des choix. Jusqu’au dernier, essentiel. L’audition du docteur Fernando Gasparri voit s’entremêler les questionnements d’un homme entre deux âges, et ceux d’une époque secouée par la montée de l’extrémisme, les troubles sociaux, la peur de l’altérité. Tous deux, l’homme et son temps, seront amenés à choisir. Et du choix de l’un dépend le sort de l’autre. Hier comme aujourd’hui.

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Babelio et  les éditions Espace Nord pour l’envoi de ce roman dans le cadre de la Masse Critique de janvier 2018.

Fernando Gasparri est originaire d’Italie. Il a rejoint la Belgique avant le décès de sa femme, Louisa. Il y a fait ses études de médecine et est aujourd’hui médecin généraliste à Bruxelles. Il se rend régulièrement sur la tombe de Louisa et lui confie ses petits secrets du quotidien : la vie avec sa sœur handicapée, ses rencontres avec le Docteur Desforgues. C’est un homme plutôt solitaire, fidèle au serment d’Hypocrate et à ses croyances religieuses. Il va faire la rencontre d’un couple d’ immigrés italiens, les Guareschi, dont la femme souffre de problèmes respiratoires dus au sulfure de carbone qu’elle inhale dans l’entreprise où elle travaille. Cette rencontre va bouleverser sa vie. Le docteur Gasparri va devoir s’engager vis à vis des autres mais surtout vis à vis du monde.

L’histoire se déroule en 1932.  La Belgique subit alors une crise économique grave, les mouvements de grève sont de plus en plus fréquents. Au sein des entreprises, des mouvements anti-fascistes font leur apparition. Face à une augmentation du nombre de chômeurs dans le pays, les ouvriers de la sidérurgie et du textile se mobilisent. Les autorités souhaitent renvoyer les immigrés célibataires masculins dans leur pays. De nombreux belges sont dans la même situation que Fernando, ils refusent de voir la réalité en face, ne s’engagent pas et subissent leur vie plutôt que de la vivre.

J’ai été surprise en lisant le roman de Giussepe Santoliquido. En effet, à la lecture du quatrième de couverture, je m’attendais à découvrir une enquête policière amenant peut être à une condamnation. Attention, ce roman n’est pas un polar. Il est découpé en cinq parties dans lesquelles l’auteur retrace en cinq jours la vie de son héros. Au fur et à mesure de l’histoire, le médecin va prendre conscience de ce qui l’entoure, la misère sociale et les anti-fascistes.

 

Ce livre m’a fait sortir de ma zone de confort. Il nécessite un minimum de  références en matière politique et économique mais aussi philosophique. Le roman aborde la question de l’engagement et de la responsabilité. Il invite à la fermeture de celui-ci à faire des recherches sur la période ce qui est fortement enrichissant. La postface de Joseph Duhamel a été un réel plus pour moi. En effet, elle m’a permis de mieux comprendre le roman.

Ma note : 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :