Marie d’en haut d’Agnès Ledig

4ème de couverture

A trente ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource. Lorsque Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n’hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre qu’il n’est pas le bienvenu.
Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures. C’est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie. Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L’enjeu? Le cœur de Marie.

Mon avis :

Je profite un peu des vacances pour faire baisser ma PAL qui contenait pas moins de 50 livres au 1er janvier. Ce sont les précédents romans de l’auteur qui m’ont amenée à acheter celui-ci. Il faut avouer que je n’avais même pas pris le temps de lire le 4ème de couverture. Et bien, je n’ai pas été déçue.

Marie est une jeune agricultrice de trente ans qui vit seule avec sa fille de cinq ans à la campagne dans le Sud Ouest. Elle a été élevée par ses grands parents (des gens adorables qui l’aimaient beaucoup). Elle est célibataire mais entretient une relation profonde avec Antoine son voisin. Elle a un caractère très fort, elle est indépendante et a  peu d’amis (hormis sa copine blonde qui en fait est rousse). Un matin, elle reçoit la visite d’Olivier, un jeune lieutenant récemment nommé dans la ville voisine. Il enquête sur le vol de l’argent de la quête. Apparemment, le voleur se serait caché dans la grange de Marie.

Dès les premières pages du roman, on comprend qu’entre Olivier et Marie va naitre une histoire d’amour. Le gendarme qui n’a eu que très peu de femmes dans sa vie, va très rapidement éprouver des sentiments pour la jeune agricultrice. On pourrait même se croire dans l’amour est dans le pré, mais là pas de caméras et des sentiments vraiment sincères.

Les personnages sont attachants. Ce sont tous les trois des accidentés de la vie. Ils portent un passé très lourd. Marie a subi un échec amoureux, Olivier a eu une enfance malheureuse et Antoine a été rejeté par ses parents mais aussi par la société car il était différent. J’ai craqué pour le personnage de Suzie.  La petite fille est l’image même de l’innocence, elle veut le bonheur de sa maman mais aussi des autres adultes qui l’entourent. Elle n’a pas sa langue dans sa poche même si parfois ses répliques m’ont semblé un peu compliquées pour une petite fille de cet âge.

L’auteur a choisi d’alterner les points de vue des différents protagonistes, ce qui peut parfois surprendre, mais on s’adapte vite. J’ai trouvé cette narration très intéressante car elle m’a permis de mieux appréhender le ressenti de chacun des personnages. On trouve également dans ce roman, des alexandrins et des haïkus (courts poèmes japonais) qui ajoutent une note de poésie au texte.

Grâce à son écriture fluide et très agréable, Agnès Ledig nous transporte dans son univers plein de douceur et de bonheur. Elle aborde des thèmes graves comme la maltraitance, l’homophobie, l’abandon avec beaucoup de tendresse et d’amour. On ne tombe jamais dans le patho. L’auteur a une capacité à nous faire passer du rire aux larmes.

Un roman qui se lit rapidement mais qui fait du bien. Marie d’en haut est une belle histoire d’amour, d’amitié décrite avec beaucoup de sensibilité. Il est porteur d’un message d’espoir : le bonheur existe, il suffit d’y croire.

Ma note : 4.25/5

 

Publicités

Un commentaire sur “Marie d’en haut d’Agnès Ledig

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :