Le Nez suivi de Le Manteau de Nicolas Gogol

4ème de couverture :

– Et le fugitif était un de vos serfs ?
– Un serf ? Le mal serait assurément moins grand ! Le fugitif est… mon nez…
– Hum ! Que voilà un étrange nom ! Et ce monsieur Monnez vous a pris une forte somme ?
– Mon nez, vous dis-je ! … Vous n’y êtes pas du tout. Mon nez, mon propre nez a disparu. Le diable aura voulu me jouer un tour !
– Mais comment aurait-il disparu ? Il y a quelque chose qui m’échappe.
– Je ne peux pas vous dire comment ! Le plus grave est qu’il court présentement la ville en se faisant passer pour conseiller d’État. C’est pourquoi je veux demander que quiconque l’attrapera me l’amène aussitôt, dans les plus brefs délais.

Un matin, alors qu’Ivan lakovlevitch découvre un nez dans son pain, le major Kovaliov, terrifié, s’aperçoit au réveil de la disparition du sien. Ce dernier met alors tout en oeuvre pour le retrouver.

Mon avis :

J’ai choisi de lire dans le cadre de la lecture commune du mois de mars du site de Séverine Lenté Groupe Facebook Il est bien ce livre   deux nouvelles d’un des grands écrivains classiques russe Le Nez et Le Manteau de Nicolas Gogol. Ce livre était dans ma PAL depuis environ un an.

L’action du Nez se déroule dans la première moitié du XIXe siècle à Saint Pétersbourg. Un matin, le barbier Ivan Iakovlévitch découvre dans un morceau de pain un nez . Ne sachant pas à qui il appartient, il décide de s’en débarrasser. A quelques encablures de là, le major Kovaliov s’aperçoit qu’il a perdu son nez. Il découvre que son nez a pris l’apparence d’un conseiller d’Etat et qu’il arpente les rues de la ville. Il essaye de convaincre son nez de reprendre sa place. Il va même jusqu’à faire appel à la police, en vain. Il décide alors de passer un annonce pour le récupérer. Une semaine plus tard, au réveil, son nez a repris sa place initiale. Cette nouvelle est une fable burlesque. Nicolas Gogol fustige ici le monde des fonctionnaires russes du XVIIIe et du XIXe siècle. Selon lui, ils sont irresponsables, méprisants, peu travailleurs et ne s’intéressent qu’à leur carrière. Il critique également les individus issus  des milieux plus modestes : il les considère comme tous alcooliques.

Tout comme la nouvelle précédente, l’action de la deuxième nouvelle se déroule également à Saint Petersbourg dans les quartiers populaires mais aussi dans les quartiers riches. Akaki Akakiévitch est un fonctionnaire appliqué d’une cinquantaine d’années. Sa vie est triste et son travail est sa seule joie. Il est copiste, c’est à dire qu’il recopie à la main des textes à longueur de journée. Un jour, il se rend compte que son manteau est abimé, élimé. Il décide d’aller voir son tailleur pour le faire réparer. Le tailleur prétend qu’il n’est pas possible de le raccommoder et qu’il ne peut que lui en confectionner un nouveau. Cependant, le coût est trop élevé pour le maigre salaire de ce fonctionnaire. Malgré tout, Akaki réussit à économiser et le tailleur lui coud un nouveau manteau. Un soir, en rentrant d’une soirée chez un de ses supérieurs, Akaki se fait agresser et voler son manteau. Ce vol va entrainer la perte d’Akaki. Gogol critique l’administration russe mais aussi les comportements humains tels que l’indifférence et le mépris. Il dénonce la monotonie du travail des fonctionnaires russes de l’époque : Akaki ne fait que des copies de textes déjà existants, il passe ses journées à faire ce travail. Notre héros ne se plaint jamais de ce travail, il semble même y prendre du plaisir. Gogol nous décrit le milieu dans lequel il a évolué entre 1829 et 1830. En effet, à cette époque, il a occupé lui même deux postes modestes dans des ministères. J’ai été surprise de découvrir à la fin de cette nouvelle un élément fantastique.

Même si la littérature classique n’est un genre que j’affectionne énormément, j’ai passé un moment agréable avec ces nouvelles comiques qui m’ont fait sourire et même rire. J’ai vraiment apprécié l’absurde du Nez. L’écriture de Gogol est accessible à tous  et plaisante.

Grâce à cette lecture commune, j’ai réussi à sortir un livre de ma PAL, mais aussi à découvrir un auteur russe et à combler mes lacunes en matière de littérature classique.

Ma note 3.5/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :