Je ne t’oublie pas de Sébastien Didier

4ème de couverture :

Un seul SMS aura suffi à faire basculer la vie de Marc Vasseur. Un SMS de rupture. Mais pourquoi sa femme quitterait-t-elle du jour au lendemain une famille et une vie en tous points idylliques ?
L’enquête piétine. Et ce ne sont pas les voisins des Vasseur à Bellevue Park qui la feront avancer. Dans ce luxueux lotissement privé, discrétion et silence ont été érigés en art de vivre.
Trois mois après la disparition de Sandra, Marc reçoit un message accompagné d’une photo. Celle d’une jeune fille qu’il n’a jamais vue mais qui arbore un médaillon. Ce bijou, il le reconnaît, il en est sûr, c’est celui que portait Sandra. Celui qu’elle ne quittait jamais.
Que fait-il au cou de cette inconnue ? A-t-elle un lien avec la disparition de sa femme ?
Marc lance alors ses dernières forces à la recherche de cette fille. Et c’est un voyage au plus profond de la noirceur de l’âme humaine qui l’attend.

Mon avis :

Un roman qui commence par un SMS reçu par Marc. « J’ai besoin de faire une pause. Je n’y arrive plus. Je veux prendre un peu de distance. Sandra ». De toute évidence, ces quelques lignes ressemblent à un message de rupture. Cependant pour Marc, sa femme ne peut être l’auteur de ces mots. Alors que les autorités accréditent la thèse de la séparation, Marc fait appel à un ex flic, Paul Lombardier pour tenter de retrouver sa femme. Aidé de Mél, ce dernier va lancer les recherches au sein de la ville de Saint Clair. Rapidement, des témoins vont prendre contact avec le privé. Mais Marc ne peut pas rester sans rien faire, surtout à partir du moment où il reçoit dans sa boite mail une photo venant d’un certain Ten3. Sur la photo, on peut y voir le visage d’une jeune fille qui porte au tour de son cou le médaillon de Sandra.

La construction de ce roman est réellement intéressante. On assiste à deux enquêtes en parallèle. Celle faite par Paul au sein même de la ville dans laquelle réside la famille Vasseur et celle faite par Marc à environ 400 kilomètres de chez lui. La psychologie des personnages y est décrite de manière très précise. Marc et Lisa ne veulent pas admettre que Sandra est partie. Une mère ne peut abandonner son enfant. Marc va tout mettre en œuvre pour retrouver celle qu’il aime et qu’il a peut être trop délaissée au profit de sa vie professionnelle. L’argent ne fait pas le bonheur.

Au milieu de cette histoire, l’auteur a eu l’idée d’y insérer une autre histoire en italique qui se déroule dans le sud à une période indéterminée. Est-on dans la tête d’un autre personnage ? Quand se passe l’action ? On n’y trouve aucune indication d’heure alors que cette précision existe pour le reste du récit.

Ce livre est un vrai page turner qui nous invite à partir à la recherche de Sandra. L’écriture fluide ainsi que des chapitres très courts donnent beaucoup de rythme au roman. Les pages défilent les unes après les autres et il est difficile de poser ce roman une fois commencé.  Le suspens est à son comble et monte crescendo. L’histoire qui, au début, n’était pas sans me faire rappeler Ne le dites à personne d’Harlan Coben, s’avère complètement différente au fil des pages. L’auteur a réussi le pari de tenir son lecteur en haleine jusqu’à l’épilogue. En effet, jusqu’à au dernier moment, il nous transmet des informations. Quand on pense avoir découvert l’intrigue, de nouveaux éléments viennent enrichir le récit.

Comme l’annonce Sébastien Didier, ce thriller s’adresse à un public averti. On est ici face à la montée en puissance de la violence. Le mal est vraiment partout et la folie humaine n’a plus aucune  limite. Certains passages sont décrits de façon très détaillée et peuvent choquer les âmes les plus sensibles. On pourrait se croire dans La promesse des ténèbres de Maxime Chattam. Mais les scènes d’horreur se mélangent justement avec le reste de l’enquête sur la disparition de Sandra et moi j’aime beaucoup.

Petite précision à apporter :  Je ne t’oublie pas a été finaliste du concours Thriller  » Derrière les Portes  » sur la plateforme d’écriture Fyctia et a obtenu le coup de pouce de l’écrivain B.A PARIS qui l’a qualifié de « véritable page-turner ». Une distinction amplement méritée à mon goût et qui est vraiment encourageante pour un premier roman.

Je tiens à remercier Sébastien Didier ainsi que le site Simplement Pro pour l’envoi de ce service presse qui vous l’aurez compris m’a énormément plu et qui m’a permis de relever le challenge lecture du groupe Facebook il est bien ce livre  du mois de mai.

Info de dernière minute : l’ebook est à 0.99 € sur tous les stores numériques les 05 et 06 mai 2018. Alors plus d’hésitation, foncez.

Ma note : 4.75/5

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :