Premières lignes #18

Bonjour à tous,

Aujourd’hui c’est dimanche et comme tous les dimanches c’est le rendez-vous hebdomadaire avec les premières lignes (rendez-vous initié par Ma Lecturothèque). Le principe reste inchangé : on prend un livre et on en cite les premières lignes.

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter les premières lignes de La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret. C’est une jolie couverture bleue pâle agrémentée d’un flamant rose qui a attirée mon attention. Une vraie couverture feel good pour un roman qui n’en ai pas un. Enaid a tout d’une miss catastrophique. La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir.

Mais je vous laisse plutôt en découvrir les premières lignes.

 

GDANSK

Il m’a toujours manqué quelqu’un, au plus profond de moi, jusqu’au jour où j’ai décidé de ne plus attendre personne.

Il a suffi d’un coup de fil, dans un taxi à Gdansk. Je viens d’arriver en Pologne pour une conférence sur les femmes, leurs droits, leurs espérances, leur histoire contrariée et leurs souffrances. Au téléphone, la voix d’un homme, le mien depuis des mois : « t’es une fille formidable. Je passe de très bons moments avec toi, on peut tout se dire, on parle beaucoup, on rit aussi. J’ai de la chance de te connaitre… Mais je sais que t’attends plus. Je ne peux te donner tout ça… Tu comprends avec le divorce… » J’écoute chaque phrase en position de garde, comme dans un match de boxe ; les mots s’enchainenent en crochet, pleuvent en uppercut. Cela fait cinq ans qu’il a  divorcé tout de même. Je ne suis pas allée le cueillir à la sortie du tribunal, tel l’oiseau de proie guettant la naissance des bébés tortues sur la plage. J’ai attendu que le bébé tortue gagne l’océan, réapprenne à nager, en  prenant le risque qu’une autre fonce dessus en piqué et me l’avale tout entier ! « Ecoute, j’ai plus la force de mener tout çà. » On dirait qu’il vient de Verdun. Que chaque femme qu’il a connue est une tranchée obscure où il a vu crouler ses camarades…

Avez vous déjà lu ce livre ? Qu’en avez vous pensé ? Vous tente-t’il ?

Bon dimanche à tous et bonne semaine.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :