Un secret halo de rose de Léonnic Asurgi

4ème de couverture :

Ronan est en détresse depuis la mort de son meilleur ami. Un banal accident de la route aux abords d’un rond-point damné. Que s’est-il vraiment passé ce soir-là ? Ronan ne sait plus très bien. Pourtant, il était aussi dans la voiture. Depuis, ses souvenirs s’entrechoquent, brouillent sa mémoire et les pistes, le mènent à l’impasse. Harcelé par le père du défunt, otage de ses propres démons et hallucinations, lâché par son psy, il s’exile alors sur le phare de la Vieille, au large de la pointe du Raz, où il vivra une odyssée aussi salvatrice qu’extraordinaire, aux confins de l’irréalité.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Léonnic Asurgi d’avoir accepter ma demande de service presse. C’est la jolie aquarelle qui m’a fait de l’oeil sur le site Simplement Pro. Le lieu où se déroule l’action du roman m’a aussi attirée : La Bretagne et principalement la petite commune de Chantepie.

L’auteur nous invite dans ce court roman à suivre Ronan Lepensec. C’est un agent immobilier un peu paumé le jour et écrivain la nuit. Il a du mal à séduire son public, les sujets qu’il aborde n’ont que peu d’intérêt et son style n’attire que très peu de lecteurs.  Il habite Chantepie, une petite commune bretonne qui détient le triste record du nombre de tués sur un rond point. C’est d’ailleurs sur ce rond point que Tristan, son meilleur ami, a perdu la vie un soir où l’alcool avait coulé un peu plus que d’habitude. Depuis ce tragique accident, la vie de Ronan ne ressemble plus à rien jusqu’au jour où il décide de se reprendre en main et de consulter un psychanalyste : le docteur Georges Goulien. Las des lamentations de son client, le médecin lui conseille de quitter Chantepie et de partir s’installer dans le phare de la Vieille entre la Pointe du Raz et l’île de Sein.

Ce roman aborde les thèmes du deuil, l’absence de l’être cher, de la solitude. Le personnage principal est un homme seul, malheureux. Il a perdu la seule personne à laquelle il tenait. Depuis, il se sent persécuter, il l’est d’ailleurs, le père de Tristan le poursuit en permanence. Mais l’histoire de ce héros n’est aucunement triste. Grâce à un style particulier, l’auteur réussit à faire sourire voire rire son lectorat. Son écriture est bourrée d’humour, les jeux de mots se succèdent comme par exemple « le pater portait des cernes telles des valises », ou « quand j’écris, sans prétention kafkaïenne, je me métamorphose »… Léonnic Asurgi joue avec les mots et utilise des néologismes : « le psy est un homobsédésexuel ». J’ai aimé l’originalité de cette écriture mais au fur et à mesure que ma lecture avançait, j’ai trouvé ce style un peu lourd. A l’instar de Ronan, je pense que l’auteur se cherche et cherche surtout un lectorat. Je ne doute pas que certain aimeront ce petit côté loufouque.

En utilisant l’humour et l’absurde, Léonnic Asurgi dénonce la société dans laquelle nous vivons et particulièrement les attentats terroristes, les frappes à Alep et la politique nationale. Il fait également référence à des oeuvres musicales et notamment à certaines de Noir Désir, des Négresses Vertes, Charlelie Couture ainsi que des oeuvres littéraires. Amis nés dans les années soixante dix, cet auteur est l’un des nôtres.

Un secret halo de rose est un roman original qui aborde des sujets graves que je conseille à ceux qui ont envie de lire un roman différent et décalé.

Ma note : 3.25/5

Publicités

Un commentaire sur “Un secret halo de rose de Léonnic Asurgi

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :