Lux de Maud Mayeras

4ème de couverture :

C’est l’histoire d’un retour, d’une sentence et d’une vague qui monte à l’horizon.

2016. Antoine Harelde débarque à Ceduna, dans les terres arides du sud de l’Australie.

Vingt ans auparavant, il a passé un été dans cette petite ville perdue et, en l’espace de trois mois qui l’ont vu quitter l’adolescence, il a connu la joie, l’amitié, l’amour et l’horreur.

Aujourd’hui il est un homme. Il n’a pas oublié, il n’a rien pardonné.

Mais la justice prend d’étranges et inquiétantes couleurs à la lumière de l’apocalypse.

Ballade meurtrière sur fond de fin des temps, Lux est le roman de la confirmation d’une jeune auteure au sommet de son art.

Mon avis :

Voici un livre que j’ai terminé il y a quelques temps et dont je n’avais pas encore publié la chronique. Je l’ai lu dans le cadre du Black Novembre du site Il est bien ce livre. C’est le troisième roman de Maud Mayeras que je lis. J’avais plutôt été séduite par le style et les idées de l’auteure. Cependant pour Lux, la magie n’a pas opéré et j’ai été très déçue par cette lecture.

Ce roman est séparé en trois parties : un oiseau, deux oiseaux et trois oiseaux. Les faits se déroulent sur deux périodes : 1996 et 2016. En 1996, Antoine Harelde, petit garçon français débarque à Celduna au sud de l’Australie. Il va y vivre avec sa maman, s’y faire des amis bref mener la vie normale d’un petit garçon de son âge jusqu’au jour où son meilleur ami et sa mère décèdent. Ne pouvant rester seul en Australie, il repart alors en France. Vingt ans plus tard, il est de retour à Celduna car il n’a rien oublié et décide de venger Hunter, son ami d’enfance. J’ai beaucoup aimé cette première partie du roman, la découverte du destin brisé d’Antoine. Il a la volonté de ne pas oublier son ami et et surtout celle de vouloir lui faire honneur en détruisant ceux qui lui ont fait du mal. L’alternance entre les passages au présent et au passé donne du rythme à la lecture du roman. L’auteure dévoile avec parcimonie les détails de la vie de ces gamins dans les terres arides du sud de l’Australie. Mais voilà le côté magique de l’histoire s’arrête ici pour moi.

Dans la seconde partie du roman, l’histoire prend un virage à 90°. Le héros se trouve, bien malgré lui, projeté au coeur d’une histoire post apocalyptique. Et là, le roman perd, selon moi, tout son intérêt. Je m’y suis ennuyée, j’ai trouvé les phrases et les descriptions longues et sans intérêt. L’auteur m’a perdue ici, dans ces villes dévastées.

Tout comme l’histoire, les personnages ne sont pas attachants, certains allant même jusqu’à me dégoûter. Malgré tout, j’ai poursuivi ma lecture car je voulais découvrir la suite et la fin du roman. Mal m’en a pris puisque la fin est toute aussi farfelue, prévisible et dérangeante.

Vous l’aurez compris. Je ressors de cette lecture déçue, moi qui avait tant aimé les deux précédents romans de l’auteure. J’ai trouvé l’histoire bancale et les personnages beaucoup trop clichés.

Ma note : 2.5/5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :