Les volets verts de Simenon

4ème de couverture :

C’était curieux : l’obscurité qui l’entourait n’était pas l’obscurité immobile, immatérielle, négative, à laquelle on est habitué. Elle lui rappelait plutôt l’obscurité presque palpable de certains de ses cauchemars d’enfant, une obscurité méchante qui, certaines nuits, l’attaquait par vagues ou essayait de l’étouffer. Lire la suite « Les volets verts de Simenon »

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑