La dame du deuxième de Nora Samir

4ème de couverture :

La vie semble soudainement sourire à Mélissandre. Une place in extremis aux Beaux-Arts et un appart luxueux dans un immeuble haussmannien à Paris.Son bonheur est troublé par une voisine au comportement étrange. Au fil du temps, percer le mystère de cette énigmatique « Dame du 2ème » va devenir une véritable obsession pour la jeune femme. Va-t-elle réussir à la croiser un jour, à lui parler, et peut être à découvrir son secret ? Lire la suite « La dame du deuxième de Nora Samir »

Et si… de Larème Debbah

4ème de couverture :

Jeanne est une jeune fille de 18 ans qui a tout pour elle, dont un avenir tout tracé dans la lignée familiale.Mais un jour, sa vie bascule…Elle fera un séjour loin de sa famille afin de prendre le recul nécessaire. Et si sa vie était ailleurs ? Et si ?

Lire la suite « Et si… de Larème Debbah »

De la poussière et du vent de Cathy Borie

4ème de couverture :

Suite à la mort de sa grand-mère, Léa, jeune femme d’une vingtaine d’années, se penche avec sa mère sur le passé tumultueux d’Emilien, leur aïeul, après avoir retrouvé des cahiers et des objets lui ayant appartenu. Entre ces matériaux divers et les souvenirs qu’elles évoquent, les deux femmes reconstruisent pierre après pierre la vie de cet homme, leur père et grand-père, né en 1899 d’une fille-mère : ses années de déportation, ses rapports avec ses proches, mais aussi celle de sa famille et de ses descendants. Elles vont s’apercevoir que les événements ne cessent de se répercuter en multiples échos entre les êtres par-delà le temps. Lire la suite « De la poussière et du vent de Cathy Borie »

Profession du père de Sorj Chalandon

4ème de couverture : « Mon père disait qu’il avait été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Église pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.
Je n’avais pas le choix.
C’était un ordre.
J’étais fier.
Mais j’avais peur aussi…
À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. » Lire la suite « Profession du père de Sorj Chalandon »

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑