Passager 23 de Sébastien Fitzek

4ème de couverture :

Imaginez un lieu isolé.
Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes…
Sans laisser de trace.
Un lieu rêvé pour des crimes parfaits.
Bienvenue à bord.
La croisière ne fait que commencer…Mon avis :

Et voilà une fois de plus mon choix s’est porté sur un thriller. C’est le premier roman de cet auteur d’outre Rhin que je lis, j’en ai entendu beaucoup de bien sur la blogo et n’ai pu pas résister lorsque je l’ai vu à la bibliothèque de ma commune.

Je me suis donc laissée embarquer sur le Sultan des Mers, cet incroyable paquebot sur lequel la femme et le fils de Martin Schwartz, un flic allemand, ont disparu. En effet, après avoir jeté son fils Timmy par dessus bord, sa femme Nadja se serait donné la mort. A cette époque, l’enquête a privilégié la thèse du suicide.

Cinq ans après ce tragique accident, alors que le Sultan des Mers fait escale en Grande Bretagne, Martin reçoit un appel téléphonique de Gerlinde Dobokwitch, une auteur de thrillers, l’invitant à le retrouver sur le paquebot où elle a des révélations à lui faire concernant la mort de sa famille. Lors de leur première rencontre, la vieille dame rend à Martin le nounours de son fils disparu. Elle lui apprend également qu’un drame similaire a eu lieu huit semaines auparavant et que l’une des victimes, Anouk, une petite fille d’une dizaine d’années, vient mystérieusement de réapparaitre. Martin ne croit plus alors à la thèse du suicide. Il décide de mener l’enquête et part à la recherche de la petite fille.

L’intrigue est bien menée. Sébastian Fitzek n’accorde aucun moment de répit au lecteur. Les chapitres sont courts et  se succèdent à toute vitesse. Il est facile de se mettre à la place des différents protagonistes tant les descriptions sont bien détaillées. On ressent ce sentiment de peur, d’angoisse, d’oppression mais aussi le côté malsain de l’histoire. Les secrets que l’on découvre au fil des pages sont atroces.

Malgré tout cette lecture ne fut pas un réel coup de coeur. J’ai trouvé dommage que l’auteur n’accorde pas une place plus importante à la descriptions des activités à bord. Il ne nous invite que par touches successives dans les bas fonds du navire. Je n’ai pas eu l’impression de me retrouver dans « une ville sur la mer » bien que le navire semble accueillir de nombreuses personnes. De plus,  on assiste à  une surenchère desrebondissements et j’ai trouvé cela un peu trop à mon goût.

Cette histoire s’inspire d’un fait réel. En effet, au cours des années 2010 il a été constaté que 46 personnes avaient disparu alors qu’elles se trouvaient à bord d’un bateau de croisière, atteignant même les 55 en 2012. Triste record. Que sont-elles devenues ?

En conclusion : j’ai passé un bon moment en lisant ce thriller psychologique.C’est un roman dont l’histoire peut faire tout de même froid dans le dos.

Ma note : 4/5

Publicités

2 commentaires sur “Passager 23 de Sébastien Fitzek

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :