Je ne sais pas dire je t’aime de Nicolas Robin

4ème de couverture :

Paris, tu l’aimes ou tu la quittes. C’est une injonction quotidienne pour qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d’un métro bondé ou se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi. Lire la suite « Je ne sais pas dire je t’aime de Nicolas Robin »

Publicités

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes

4ème de couverture :

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Lire la suite « Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes »

Toxique de Niko Tackian

4ème de couverture :

ELLE AIME SABOTER LA VIE DES AUTRES,
ELLE N’ÉPROUVE AUCUNE EMPATHIE,
ELLE POURSUIT UN BUT. ELLE EST TOXIQUE.

Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas. Nous sommes en janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes.
À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 heures », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.

Mon avis :

Nicko Takian fait partie de la nouvelle vague d’auteurs de polars français. Les nombreuses critiques que j’ai pu lire sur le Net m’ont donné envie de découvrir l’univers de l’auteur. C’est donc tout naturellement que j’ai emprunté ce roman à la bibliothèque municipale et je l’ai lu en une seule journée.

Tomar Kahn, policier d’origine kurde est chef d’équipe au 36 quai des Orfèvres. Un matin de janvier 2016, il est appelé dans une école maternelle de Fontenay sous Bois pour un meurtre. La directrice de l’établissement a été retrouvé étranglée dans son bureau. Très rapidement, les premiers soupçons s’orientent vers Gilles Lebrun, un animateur du centre aéré. Mais le véritable responsable n’est peut être pas celui qu’on imagine. Une personne « toxique » fréquente elle aussi régulièrement l’établissement. Le groupe Kahn va alors enquêter sur cet homicide. En parallèle à cette enquête, le lecteur est invité à découvrir le passé trouble de Tomar Kahn, son enfance, sa famille, tout ce qui explique son caractère sanguin et inflexible.

J’ai eu un peu de mal avec les protagonistes de l’histoire. Je n’ai pas réussi à éprouver de l’empathie pour les personnages. Je les ai trouvés très caricaturaux : le flic et la sociopathe ont eu une enfance difficile, ce sont tous deux des accidentés de la vie et je trouve cela un peu facile. Les personnages manquent de relief à mon goût. J’aurai apprécié d’entrer un peu plus dans l’intimité de certains de ces personnages et en particulier dans celle de la personne toxique afin de mieux comprendre son geste.

Le style de l’auteur est fluide et simple. Les phrases sont courtes et directes. Les chapitres se succèdent rapidement. L’auteur n’entre que très peu dans les détails, il va droit à l’essentiel. J’ai trouvé cela un peu dommage.  Dès le début du roman, le lecteur se laisse happer par l’histoire. Malgré tout, je n’ai pas été surprise par l’intrigue car Niko Tackian dévoile rapidement ses cartes. J’ai trouvé que ce roman manquait un peu de profondeur. Je n’ai pas été surprise comme dans d’autres thrillers psychologiques où j’aime me laisser conduire vers différentes pistes. Même si j’ai trouvé l’histoire originale, j’ai regretté de l’avoir juste subie.

En conclusion:

Un roman dont j’avais lu de nombreuses critiques positives, mais une lecture qui ne m’a pas convaincue. Je pense être passée à côté. Malgré tout, l’histoire pourrait faire un bon scénario pour un téléfilm.  Avant d’être auteur de polar, Niko Tackian n’est il pas scénariste et réalisateur de série télé ?

Ma note : 3.25/5

A son image de Jérôme Ferrari

4ème de couverture :

Par une soirée d’août, Antonia, flânant sur le port de Calvi après un samedi passé à immortaliser les festivités d’un ma­riage sous l’objectif de son appareil photo, croise un groupe de légionnaires parmi lesquels elle reconnaît Dragan, jadis rencontré pendant la guerre en ex-Yougoslavie. Après des heures d’ardente conversation, la jeune femme, bien qu’épuisée, décide de rejoindre le sud de l’île, où elle réside. Une embardée précipite sa voiture dans un ravin : elle est tuée sur le coup. Lire la suite « A son image de Jérôme Ferrari »

Nátt de Ragnar Jònasson

4ème de couverture :

En Islande, les fjords et les volcans dissimulent des secrets macabres. Une seule règle : ne pas se fier aux apparences.

C’est l’été à Siglufjördur. Le climat de ce village du nord de l’Islande est si rude que le jeune policier Ari Thór voit arriver avec soulagement cette saison où le soleil brille à toute heure du jour et de la nuit. Mais le répit est de courte durée. Un homme battu à mort est découvert sur les bords d’un fjord tranquille. Une jeune journaliste vient fouiner d’un peu trop près. Que cherche-t-elle à découvrir ? Ou à étouffer ? Lire la suite « Nátt de Ragnar Jònasson »

Challenge littéraire : Suivez le thème

Bonjour à tous,

Toujours à l’affût de nouveaux challenges pour faire baisser ma PAL, j’ai décidé de m’inscrire au challenge Suivez le thème de Philippe du blog D’un livre à l’autre

Le principe est simple. Voici la consigne :

« Il faudra donc trouver des titres qui contiennent un mot qui fait penser à un liquide : pluie, eau, larme, sang, vin, rivière, océan, mer, fontaine, cascade, source,… La liste est longue. A vous de trouver le bon mot…

suivez le thème 2

Et on est partis jusqu’au 21 octobre. »

Pour ma première participation, j’ai donc décidé de sortir de ma PAL un classique d’Ernest Hemingway Le vieil homme et la mer. Dans ce court roman, parfois considéré comme une nouvelle, l’auteur retrace la vie de Santiago, un vieux pêcheur en lutte avec un énorme marlin.

Avez vous lu ce roman ? Qu’en avez vous pensé ?

Je vous donne donc rendez-vous le 21 octobre pour faire le bilan de ma première participation à ce challenge.

A bientôt.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑