Et si… de Larème Debbah

4ème de couverture :

Jeanne est une jeune fille de 18 ans qui a tout pour elle, dont un avenir tout tracé dans la lignée familiale.Mais un jour, sa vie bascule…Elle fera un séjour loin de sa famille afin de prendre le recul nécessaire. Et si sa vie était ailleurs ? Et si ?

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Larème Debbah pour la confiance qu’elle m’a accordée en me sollicitant pour rédiger une chronique sur son nouveau roman Et si… C’est le deuxième roman de cette auteur que je lis et j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver sa plume.

Jeanne a dix huit ans. C’est une jeune fille très solitaire qui vit en région parisienne avec toute sa famille (ses parents, son frère et son ami mais aussi son grand-père). Elle n’a pas d’amis, jamais eu de petits amis et se confie à un journal intime qu’elle a baptisé Anatole. Son destin est tout tracé, elle sera avocate comme tous les membres de sa famille. Mais la vie nous réserve parfois des surprises.

Malgré sa jeune âge, Jeanne est déterminée. Encore plus le jour où elle apprend qu’elle est atteinte d’une maladie incurable et sournoise. Elle n’a alors qu’une seule envie : vivre à 100 % et faire ce qu’elle veut et non pas ce que lui oblige de faire. C’est seule qu’elle va entreprendre de partir à l’étranger pour se ressourcer.

Larème Debbah aborde une fois de plus ici un sujet grave : la maladie sans pour autant tomber dans le mélo drame. J’ai éprouvé de l’empathie pour cette jeune fille qui, à l’âge ou les autres connaissent l’amour et les sorties entre amis, apprend que sa vie ne sera plus comme avant, qu’elle devra affronter les crises et vivre avec sa maladie. L’exil de cette jeune fille, la rencontre avec ses écossais pas comme les autres sont sans conteste les éléments qu’ils l’ont fait grandir encore plus, mûrir plus rapidement.

Dans ce roman, l’auteur nous invite à découvrir des personnages complètement différents mais complémentaires et si proches de la réalité.  Pour certains, on éprouve de la sympathie, d’autres de la colère ou de la tristesse mais aucun d’entre eux ne laissent indifférents.

Grâce à sa plume fluide et agréable à lire, Laurème Debbah nous invite à un voyage entre la France et l’Ecosse où la description des paysages n’est qu’une invitation au voyage. Il est facile de s’imaginer sur la plage de l’ile de Mull en pleine tempête ou simplement sous la pluie même si cette partie du roman aurait pu être développée un peu plus à mon goût.

Vous l’aurez compris, un roman que je recommande si vous aimez les romans feel-good. Une petite mention particulière que le postface dans lequel un médecin neurologue explique avec des mots ce qu’est la sclérose en plaques. Elle nous invite à changer notre regard sur les personnes atteintes de cette maladie sournoise.

Ma note : 4/5

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :