Debout les vieux d’Ondine Khayat

4ème de couverture :

A la résidence des Mouettes, petit lotissement de la grande banlieue parisienne, c’est le branle-bas de combat. Après trente ans de bons et loyaux services en tant que couturière, Léonce se voit mettre à la retraite manu militari. A 72 ans, pensez s’il est temps de profiter de la vie ! Mais Léonce n’en veut pas, de la vie. Certainement pas ! La voyant s’enfoncer dans la dépression, c’est tout le voisinage, Régis, Mimosa, Arsène, Slimane, Mania Rose, tous, jeunes et moins jeunes, qui se lèvent en un grand élan de solidarité… Et les Mouettes de s’écrier au diapason : « Debout les vieux, le monde a besoin de vous ! »

Mon avis :

Léonce est une vieille dame. Enfin vieille ça c’est ce que pense les autres. Elle, elle ne se considère pas comme telle. A 72 ans, elle est encore couturière. Encore, jusqu’au jour où son patron la convoque dans son bureau. Il la flatte, la congratule puis tout à coup lui dit qu’elle peut rejoindre sa machine à coudre pour récupérer ses affaires car il considère qu’elle a bien mérité sa retraite. Ses anciens collègues lui organisent un pot de départ  au cours duquel ils  passent des chansons de Mike Brant et Gilbert Montagné. En cadeau de départ, ils lui offrent un joli paquet contenant … des compléments alimentaires et des gélules miracles. Dès les premiers jours chez elle à Corbeilles les Mimosa, Léonce se sent seule et inutile. Alors que beaucoup de futurs retraités prévoient de nombreuses activités qu’ils vont pouvoir faire à la retraite, Léonce considère cette partie de la vie comme une étape très compliquée. Elle commence à déprimer. Mais ses voisins de la résidence des Mouettes ne vont pas la laisser broyer du noir de la sorte. Chacun va tenter de trouver des solutions pour ensoleiller la vie de Léonce. Comment cette vieille dame aigrie va t’elle réussir à s’épanouir à la retraite ?

Le prologue de ce roman d’Ondine Khayat est une invitation à tourner les autres pages du livre. Les paroles du petit Slimane m’ont tout de suite donnée envie de poursuivre ma lecture et de découvrir la résidence les Mouettes. Comme le titre l’indique, le lecteur va être transporté dans un monde de personnes âgées mais dynamiques.

L’auteur a choisi de caricaturer ses personnages. Au détour de notre lecture, nous croisons donc Léonce Duchaussoy, l’héroïne qui n’est pas sans me rappeler une certaine Tatie Danièle, toujours en train de râler, de se trouver moche, hypocondriaque et surtout associable. Réné Cerveau, le concierge mêle tout, qui passe ses journées à écrire à tous les hommes politiques afin de dénoncer ce qu’il trouve anormal. Mama Rose, une gentille femme d’origine ivorienne qui remonte le moral de tout le monde grâce à ses plats copieux : poulet mafé, blanquette… Mimosa, la fleuriste au prénom prédestiné mais surtout niaise que tout oppose à Mireille, la bimbo qui cherche en permanence l’âme soeur au cours des après midis dansants qu’elle ne manque sous aucun prétexte. Chicano, le vieux plombier qui tente en vain de séduire Léonce mais qui manque beaucoup de finesse à l’inverse d’Arsène que Léonce va rencontrer à la boulangerie. Tous ses personnages forment le noyau qui gravite autour de Léonce, des gens qu’elle va apprendre à découvrir et avec lesquels elle aura ou non des affinités. Mais à la résidence des Mouettes, les locataires non pas tous plus de soixante cinq ans, certains sont plus jeunes comme Slimane, Valentine et Amidon.

J’ai beaucoup apprécié l’écriture légère d’Ondine Khayat. C’est avec beaucoup de légèreté qu’elle aborde le thème de la vieillesse et du regard que les plus jeunes peuvent avoir sur leurs ainés. Mais ce n’est pas le seul thème qui est abordé dans ce roman, il traite de sujets sensibles comme la famille, l’amitié et de la sexualité. J’ai aimé le fait que l’auteure choisisse de faire raconter une partie de l’histoire par Slimane, un des personnages de son précédent roman.

Debout les vieux est un vrai roman feel-good qui se lit avec le sourire aux lèvres. Il fait réfléchir sur l’évolution de notre société et prouve que la retraite n’est plus comme auparavant synonyme de fin de vie. Aujourd’hui, c’est le début d’une nouvelle vie. Il m’a permis de passer un bon moment mais ne restera pas malgré tout dans les meilleures découvertes.

Ma note : 3/5

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :