La meilleure façon de marcher est celle du flamand rose de Diane Ducret

4ème de couverture :

La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie? On peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.

Mon avis :

C’est avec grand plaisir que j’ai accepté cette masse privilège. Je remercie donc Babelio et les Editions Flammarion pour l’envoi de ce livre. Le titre et la couverture m’ont paru originaux. Ils invitent à la  lecture et donnent envie de découvrir le nouveau roman de Diane Ducret.

Tout commence par une rupture, celle de cette jeune écrivain Enaid ( Diane à l’envers) qui se fait quitter par téléphone par son petit ami, alors qu’elle se trouve en déplacement en Pologne. En une fraction de seconde, le monde autour d’elle s’effondre. A trente ans, elle s’inquiète « et si je ne trouvais personne qui m’aime ? »

Cette phrase qui semble anodine ne l’est pas. Depuis sa naissance, Enaid souffre d’un manque cruel d’amour. Elle a été abandonnée par sa mère à la naissance, son père est absent et au moment où elle semble avoir découvert le grand amour, elle se trouve confrontée à un mari violent. La vie d’Enaid ressemble fort à un cauchemar duquel on a qu’une envie : sortir.

J’ai été assez surprise de découvrir que ce roman retrace la vie de Diane Ducret. Je n’avais, en effet pas lu le quatrième avant d’entamer ma lecture et j’ai trouvé la première partie assez drôle. J’ai eu l’impression de découvrir la vie de la fille cachée de Pierre Richard et Francis Perrin. J’ai souri puis ris. Mais ce sentiment s’est effacé au fur et à mesure de l’avancement de ma lecture. J’ai eu de l’empathie pour cette jeune femme que la vie n’a pas épargnée. Enaid est une jeune femme battante, qui a su se relever malgré tous les obstacles qui ont jalonné son parcours.

Ce livre, qui se lit rapidement, m’a tout de même semblé long. En effet, je n’ai pas compris tout de suite où l’auteure souhaitait emmener son lecteur. J’ai trouvé qu’il manquait d’action. Je l’ai trouvé plutôt triste.

J’ai aimé le style de Diane Ducret. Il est fluide et fort agréable à lire. Les chapitres sont courts et se succèdent rapidement. L’auteure a choisi de raconter des moments de sa vie qu’elle associe à des lieux. On suit Enaid en Pologne, aux Etats Unis, au pays basque…

En conclusion, je dirai que j’ai passé un moment agréable avec Enaid, mais cette lecture sera vite oubliée. J’ai trouvé très jolie la comparaison entre la vie de l’héroïne et le flamand rose. Je vous invite malgré tout à lire ce livre si vous souhaitez découvrir la signification de son titre.

Ma note : 3/5

 

Publicités

2 commentaires sur “La meilleure façon de marcher est celle du flamand rose de Diane Ducret

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :